Archives du tag ‘inscription’

Prêt gratuit… de l’air que l’on respire

J’ai cru comprendre que le forum de l’ADBU bruissait pas mal en ce moment des questions de tarifs et de gratuité en BU. J’imagine la surenchère des collègues sur le sujet : convention de reversement, accord de réciprocité,  proratisation bilatérale, compensation forfaitaire, inscription demi-tarif…

A la BUA, les choses ont été simplifiées depuis le 1er janvier 2011 avec la mise en place de la gratuité totale du prêt (5 livres + 2 DVD + 3 BD + 3 revues) pour TOUS les lecteurs extérieurs à l’université d’Angers, disposition qui s’accompagne de l’octroi d’une semaine d’accès gratuit à internet activable à sa guise pour récupérer des références précises parmi nos ressources numériques ou tout simplement découvrir ces dernières.

Les lecteurs qui souhaitent accéder aux ressources en ligne in situ en plus du prêt gratuit de supports physiques et au-delà de la semaine offerte (aussi faite pour mettre l’eau à la bouche…) peuvent payer 31 €, soit l’équivalent des droits de bibliothèque payés par les étudiants de l’université d’Angers.

Je sais, je sais, je sais… vous avez plein de remarques et de questions auxquelles je vais essayer de répondre sans trop d’idéologie : quelle équité pour les étudiants qui payent ? N’y a-t-il pas une concurrence déloyale avec la BM ! Quel est le risque de "pillage" par les étudiants d’autres établissements ? Tout à un coût et donc un prix, même la culture ! Et le manque à gagner des inscriptions ?

Reprenons dans l’ordre. Cette décision procède de la volonté de répondre aux besoins d’information et de savoir des citoyens en considérant que ces derniers sont majoritairement servis par la BM qu’ils payent indirectement par leurs impôts locaux et/ou directement par leur inscription. La BU n’opère donc qu’à la marge et en dernier recours ce qui la positionne comme un service public subsidiaire, déjà payé par la communauté nationale,  et rendu par l’État en plus de ses missions cardinales à l’égard des étudiants et des enseignants-chercheurs.

La gratuité n’est rien d’autre que la conception de la bibliothèque universitaire comme un service universel qui étend celui des bibliothèques publiques et le remplace dans très peu de cas, pour ceux qui ne peuvent ou ne souhaitent le payer directement. Dans le cas d’Angers, la gratuité pour les moins de 26 en cours de mise en place dans les BM rendait cette décision d’autant plus logique et évidente.

Quid alors des étudiants qui payent (ou non d’ailleurs pour les boursiers) ? Ils restent les seuls bénéficiaires des services étendus de la BU à savoir des places de lecture en nombre, des ordinateurs en libre service, des portables en prêt court ou long ainsi que l’accès aux ressources numériques à distance. Ils demeurent aussi le cœur légitime de la politique documentaire construite pour répondre à leurs besoins, les bibliothécaires n’ayant pas vocation à satisfaire les demandes des lecteurs extérieurs  gratuits qui empruntent sur le stock existant.

Quant aux risques de dérive ? Il n’y a plus que les bibliothécaires pour croire que ce genre de mesure risque de provoquer un raz de marée d’usagers venant priver les universitaires de leurs ressources. Nous sommes ici ni plus ni moins dans la gestion physique de la longue traine avec un stock de 500 000 documents gratuitement mis à disposition de 250 000 habitants. Ainsi, si 20% sur les 20% des 20% d’inscrits à la BM qui n’y trouvent pas un livre le trouve à la BU, cela fait au grand maximum 2000 personnes intéressées qui n’auraient pas forcément poussé la porte de la BU et payé 31 € un service ponctuel.

Qu’on soit bien d’accord, la gratuité est une facilité supplémentaire pour l’accès au savoir qui lève juste une barrière symbolique et permet aux BU de se réapproprier la (re)conquête de publics étudiants et enseignants, de classe prépa par exemple, de lycéens ou encore de ses anciens étudiants comme des retraités de l’enseignement. Elle ne change en rien ni ne résout les difficultés d’appropriation et de maîtrise du savoir.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 43 followers