Oui, non, peut-être…

Nicolas Demorand : Ségolène Royal, êtes-vous candidate au poste de premier secrétaire du Parti Socialiste ?

Ségolène Royal : Vous savez je pense honnêtement que compte tenu des difficultés que connaissent les Français et cela dans tout le pays parce qu’il y a quelque chose de profond qui est en train de se déliter et en particulier la question des services publics… vous savez moi je préside une région de 1,6 Millions d’habitants qui est une région moyenne et donc représentative et donc parlons concret quand même parce que il m’a semblé aussi que Nicolas Sarkozy était très éloigné des préoccupations…

N.D. : Je vous repose concrètement la question puisque vous avez dit que l’intervention d’ hier soir et la politique qui était menée impliquaient de nouveaux devoirs pour l’opposition, est-ce que vous êtes prête à assumer ces devoirs que vous définissez vous-même ?

S.R. : Vous savez le premier devoir pour l’opposition, pour les élus de l’opposition qui sont sur les territoires c’est d’essayer d’amortir les chocs d’une mauvaise politique et de quelque chose qui détruit les solidarités profondes. Vous savez dans la région que je préside… juste, ça va être très rapide, écoutez moi…il y a la suppression de 9 tribunaux d’instance et de 2 tribunaux de commerce, il y a la suppression de 11 plateaux de chirurgie dans les villes petites et moyennes, il y a 40 écoles qui vont fermer en milieu rural et… écoutez moi, il y a 74 suppressions de formations professionnelles pour les lycéens, aujourd’hui les lycéens bloquent les lycées parce qu’ils veulent travailler, il y a la suppression du brevet d’enseignement professionnel ce qui est grave pour les entreprises et ce qui est grave pour les jeunes… et bien moi je dis qu’il est possible de faire autrement et la responsabilité de l’opposition aujourd’hui, mais même des Français, vraiment… c’est d’exiger autre chose, c’est à dire qu’on cesse de casser ce qui fonctionne bien dans le pays, qu’on réforme l’Etat pour déployer les énergies qui sont sur les territoires et il y en a, qu’on donne du potentiel aux Français qui veulent aller de l’avant et je pense que comme ça la France pourrait remonter la pente…

N.D. : Dernière question, je vous la repose très rapide, votre responsabilité à vous, Ségolène Royal, au sein de l’opposition n’est-ce pas de dire aujourd’hui, oui, je suis candidate à ce poste de premier secrétaire du Parti Socialiste pour faire marcher l’opposition comme j’estime qu’elle doit marcher aujourd’hui face à la politique de ce gouvernement et de ce président ?

S.R. : Ecoutez… je pense qu’il ne faut pas réduire la politique à des candidatures à des postes parce que ça serait totalement décalé avec ce que la France connait aujourd’hui. J’ai été candidate à l’élection présidentielle et donc je sais pour avoir parlé aux Français, avoir convaincu 17 millions de Français, qu’il y a une autre vision de la France, qu’il y a d’autres valeurs à mettre en mouvement, qu’il y a un potentiel formidable qui est aujourd’hui freiné et cassé par des réformes injustes et inefficaces et je le dis le plus clairement, le plus fermement possible parce que ma responsabilité c’est d’entretenir l’espérance aussi, c’est de dire aux Français que ce n’est pas possible de continuer comme ça pendant 4 ans et donc on va tout faire pour que de vraies réformes arrivent pour amortir les chocs sur les territoires que nous dirigeons, que nous gouvernons…

N.D. : Ma question est simple, Ségolène Royal, pourquoi vous ne voulez pas y répondre ? oui ou non ?

S.R. : Parce que je pense que ce n’est pas le moment et que c’est décalé par rapport au temps… mais il ne vous a pas échappé, Nicolas Demorand, que j’assume mes responsabilités de leader politique, celles que j’ai eues et qui me donnent en effet des devoirs par rapport à ce qui ce passe aujourd’hui et c’est vrai que pour préparer une alternance, dans 4 ans, parce que ça passe vite, il faut s’y prendre tôt, que c’est un travail important, parce que la France dans 4 ans ne sera plus la même que celle qu’elle est aujourd’hui et pour cette échéance-là, ça n’est un secret pour personne que je m’y prépare, bien évidemment…

Entendu dans le 7/10 du 25 avril sur France Inter

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :