Respectons l’étiquette…

Autrefois, j’adorais voir au travail de ma mère les crayons entaillés d’un léger plat à leur extrémité pour y graver le prénom du propriétaire… je faisais la même chose ensuite à la maison. Aujourd’hui, c’est l’étiquette dymo qui règne en maître : sur les chariots, les stylos, les ciseaux, les rouleaux de scotch, les agrafeuses, les règles, les gommes, les machines à étiquettes elles-mêmes et aussi… sur les cendriers ! Dans notre bibliothèque principale : 14 titreuses dénombrées, soit une par collègue censé s’en servir, un luxe* qui me fait toujours râler quand on me demande d’en racheter ! Nicomo avait l’habitude de dire quand il travaillait à Angers qu’en chaque bibliothécaire sommeillait un enfant qui n’avait pas assez collé de gommettes à l’âge tendre ou peut-être trop, j’ai un doute maintenant, pour vouloir en faire son métier ! Et vous, colliez-vous des gommettes sur vos livres dans votre petite enfance ? Pire, avez-vous depuis catalogué et étiqueté votre bibliothèque personnelle, ou simplement pensé à le faire ? Penser, classer, étiqueter… c’est grave docteur ?

* en fait je ne sais pas si c’est un luxe, je râle pour le plaisir…

6 comments so far

  1. Mounier on

    Je crois que j’ai encore mieux que la Dymo (R), question rationalité budgétaire : des étiquettes au format 0,5 x 3 cm, soigneusement créées sur Word, avec encadrement SVP, imprimées sur du papier A4, puis non moins soigneusement découpées et collées sur crayons et stylos avec une belle bande de Filmolux (R). Mais comme on n’étiquette pas en même temps cinquante stylos et crayons, les étiquettes sont imprimées à raison de UNE à la fois sur une feuille A4. Le reste de la feuille ? A la poubelle (même pas triée). Moi je vous le dis,cher monsieur, y’a des restrictions budgétaires qui se perdent. A combien d’étiquettes ainsi fabriquées correspond la création d’un poste de cat. B ???? Peut-être pourrions-nous en parler au(x) ministre(s) concernés ???

  2. AMF on

    J’en connais justement un dans mon entourage très proche qui a catalogué sa bibliothèque personnelle – et même fait un recollement…

  3. tacheau on

    @AMF : ah oui mais cataloguer sa bibliothèque dans LibraryThing c’est permis… on dira que c’est dans le cadre d’une expérimentation p(e)r(s)ofessionnelle. Maintenant, si effectivement il y a eu collage de gommettes virtuelles, le cas est irrécupérable !

  4. NaKi on

    J’attends avec impatience le « coming out » sur les gommettes de la personne dans l’entourage très proche d’AMF. D’ailleurs, la gommette ne serait-elle pas l’ancêtre du tag?

  5. PJL. on

    Mégoter sur les gommettes a-t’il un sens aujourd’hui, hormis celui de l’humour ?
    (Thanks to NA).

  6. tacheau on

    Vous avez raison PJL, à part l’humour pas grand chose d’autre à en dire… si ce n’est que ce syndrôme nous touche tous et que je ne serais pas fâché d’avoir aussi MA titreuse à MOI tout seul plutôt que d’aller réclamer des étiquettes aux collègues ! Au passage, bravo pour le jeu de mot sur le mégottage et le cendrier tagué…;-)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :