Lectures estivales

Avant de vous ruer sur les romans de plage accumulés durant l’année sur vos tables de nuit, je vous recommande la lecture des deux derniers rapports de l’Inspection générale des bibliothèques sur La fonction de direction des SCD (Benoit Lecoq) et La filière bibliothèque de la fonction publique de l’Etat (Daniel Renoult), avec une préférence pour ce dernier qui est une mine d’informations et de propositions*.

En vrac ce que j’en retiens pour la filière bibliothèques de l’Etat :

1) Nous sommes un tout petit monde : 6 539 emplois budgétaires dont les 2/3 travaillent dans l’enseignement supérieur et la recherche et 75% du tiers restant à la BnF. Manquent cependant dans ces rapports, le poids respectif de la filière dans chaque secteur (par rapport aux emplois non-enseignants du MENSR par exemple) et les effectifs des filières « parallèles » (ITARF, qu’on suppose très faible ? et de la filière territoriale)

2) Nos métiers sont sous la double contrainte de mutations sociétales rapides et d’une redistribution politique certaine (RGPP, LRU, livre blanc de la fonction publique,…). Cette instabilité (positive ou négative) est rendue plus grande encore par le renouvellement démographique de nos filières : 1/3 des effectifs renouvelés d’ici 2015.

3) Le maquis des statuts et le cloisonnement des corps traduisent mal les fonctions mises en oeuvre dans les bibliothèques et déservent à terme les agents (reconnaissance de leur compétence hors statut) et les établissements (possibilité de mobiliser les compétences en interne). Il convient de réfléchir à la notion de cadres d’emploi et à une classification différente des emplois :
niveau I : (CAP, BEP) là je me demande si on ne doit pas désormais recruter les personnels à partir du niveau II, sauf métiers spécifiques de la restauration par exemple.
niveau II : (baccalauréat) maintien des assistants de bibliothèque à fusionner avec les ex mag chef selon leur fonction d’encadrement
niveau III : (Licence) requalification des BAS (licence pro) à fusionner avec les bibliothécaires, certains de ces derniers étant à fusionner avec les conservateurs
niveau IV : (master) plusieurs hypothèses fusionner en un seul cadre et faire des emplois fonctionnels pour les poste de direction par exemple

4) Il faut repyramider les catégories dans la filière (A=34%, B=26%, C=40%) et notamment renforcer notre « ventre mou » : moins de A et de C pour plus de B. C’est logique, économique et efficace… à faire avant la gestion autonome de leurs moyens par les établissements. Il n’y a pas de chiffres avancés mais je pencherais bien pour un 30/40/30, voire 25/50/25 (ajouté après recommandation de nicomo cf. commentaires…)

5) Malgré d’importantes évolutions et des efforts réels, nous restons centrés sur le travail interne et les collections. Le service public représente seulement un gros tiers de nos activités dans lequel les magasiniers comptent pour plus de 2/3 (fonction accueil qu’il faudrait distinguer). Daniel Renoult insiste sur la reconnaissance (concours et interne) des capacités relationnelles et de la fonction médiation.

6) Renforcer la formation continue par rapport à la formation initiale, et ses dérives parfois technicistes, et repenser périodiquement le contenu des concours.

* Je ne flagorne pas puisqu’on peut lire dans le rapport de Benoit Lecoq « qu’il reviendra aux CAPN d’éviter que les directeurs soient promus à un âge précoce (avant 40 ans) dans le corps des conservateurs généraux, ce qui a inévitablement tendance à favoriser davantage encore certaines formes d’immobilisme ». Je n’ai donc aucune chance…:-(

Advertisements

7 comments so far

  1. Mrs Bean on

    Merci pour cette synthèse brillante. Grâce à laquelle je vais peut-être zapper le reste ce soir, puisque je n’en suis qu’à la page 14, de ce passionnant rapport, et (re)lire… disons Julien Gracq, pourquoi pas ?

  2. tacheau on

    @Mrs Bean : Euh, brillante, j’irais pas jusque là. Mais c’est vrai que le rapport du doyen de l’inspection est vraiment intéressant et j’ai peut-être trahi quelques idées. Il faut donc le finir… même si je ne sais pas s’il tient la comparaison avec Louis Poirier… surtout lu en anglais 😉

  3. nicomo on

    pour le point 4/, je vote: 60/40/0

  4. tacheau on

    @nicomo : t’as prévu de revenir travailler en BU ? Tu sais que tu es fragile des genoux 🙂

  5. antmeyl on

    La caractère interministériel de la filière et sa technicité sont judicieusement mis en avant par D. Renoult pour justifier son maintien.

    Ces arguments ont été partiellement retenus par la Commission Schwartz qui propose la fusion des seuls magasiniers et assistants dans la filière ITRF

    Il ne semble pas retenir la fusion BAS-BIB alors qu’il la propose dans la filière ITRF avec une fusion ASI-IGE : ASI et BAS ont le même niveau de recrutement mais les ASI sont déjà classés en catégorie A.

  6. nicomo on

    @tacheau : c’est vrai. Mais tu sais bien qu’on connait mal soi-même ses propres faiblesses… Quand je pense à moi-même je ne pense pas d’abord aux genoux. J’ai tort.
    Ceci étant, ton commentaire confirme un truc: ça ne se dit pas à trop haute voix, mais ça se pense assez clairement… fait gaffe à toi, t’es fragile… de quoi déjà? 😉

  7. […] le plan administratif En dépit des justes recommandations de l’IGB, il est peu probable que la filière Bibliothèques survive à la LRU car on voit […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :