La dernière pièce du taquin

taquinUn récent billet d’Olivier Ertzscheid attire notre attention sur le projet de décret modifiant le statut des enseignants- chercheurs dans les universités. Il en fait une analyse précise qui pointe les principaux changements dont la flexibilité et l’asymétrie dans la refonte des statuts, plutôt au profit des professeurs, et in fine le manque de revalorisation de la fonction pédagogique.
Mais un passage intéresse particulièrement les directeurs de BU, proposition qui, mise en relation avec les récentes péripéties (voir ici et ) relatives à l’intégration des magasiniers et des assistants de bibliothèque dans la filière ITRF s’apparente à une décapitation en règle de la filière bibliothèque, après avoir tenté de lui couper les pattes…

Ils (les enseignants) participent à la diffusion de la culture et de l’information scientifique et technique. Ils assurent, le cas échéant, la conservation et l’enrichissement des collections confiées aux établissements et peuvent être chargés des questions documentaires

Bon, que faut-il comprendre ? Que les professeurs peuvent être chargés de mission sur des problèmes de documentation ? Peuvent être vice-présidents à la documentation ? Peuvent devenir des directeurs de fait des BU ? En accédant par exemple à un futur cadre d’emploi qui ferait fi de la formation et de l’expérience professionnelle ?

« – Bah, c’est le même texte que celui déjà présent dans les statuts de 1984 » me direz-vous, sauf que :

1) La mention ci-dessus était complétée par « … dans leur unité, école ou institut », ce qui donnait un sens très différent à cette potentialité

2) La LRU va modifier quelque peu « l’employabilité » des enseignants en sous-service ou dont les enseignements vont disparaître. Et entre aller faire des cours à 200 km et se rabattre sur le poste de directeur vacant de la BU, sur place, d’autant qu’on sait bien que cette sinécure laisse le temps de faire de la recherche 😉 , le choix sera vite fait.

3) Il ne faut pas être grand clerc pour prédire que la LRU et la globalisation des moyens va sensiblement « tendre » les relations entre la direction de la BU et celle de l’université. Or, quoi de mieux que de mettre un (petit) pair en face de soi pour ne plus avoir de problèmes ? N’est-ce pas ce que souhaiteraient faire beaucoup de DGS dans les villes en plaçant des attachés inféodés à la tête de la bibliothèque ?

4) L’hybridation de la bibliothèque papier/électronique et désormais de plus en plus documentation/pédagogie, avec le plan licence par exemple, externalise de plus en plus la gestion et les décisions sur certains domaines du SCD, ce que vont venir renforcer les rapprochements de type PRES ou pôles universitaires. Dès lors, pourquoi laisser la main aux conservateurs sur des fonctions transversales et politiques ?

Camarade directeur, il est temps de passer illico presto ta thèse, de blinder ton curriculum vitae (publications, colloques, journées d’études, tables rondes…) et aussi de passer conservateur général (une couverture protectrice ? pas sûr !) ou de t’expatrier si tu le peux ! Autrement, tu pourras toujours te remettre au catalogage…

Tout cela n’est pas clair ou peut-être bien trop clair. Finalement, bibliothécaire, à tous les niveaux, n’importe qui peut le faire… c’est peut-être ça la leçon !

Personnellement, je ne veux pas travailler sous les ordres d’Olivier Ertzscheid… ah, ça non ! 😦

Advertisements

11 comments so far

  1. antmeyl on

    bonne analyse camarade directeur, sur toute la ligne.

  2. tacheau on

    @antmeyl:ouh là là, deux bons points à la suite, mais que m’arrive-t-il 😉

  3. oecoursiut on

    Va pourtant falloir t’y faire camarade. Fini la Wii, terminé les blagues de potache. Au boulot. Ta première mission sera d’organiser chaque année un colloque international dont l’ensemble des communications seront rédigées directement en Unimarc.

  4. Caroline on

    Et si tout ceci n’était que la conséquence du manque de visibilité, de lisibilité (voulu ou subi) des divers métiers de la filière ?
    Qui va aujourd’hui se lever pour défendre la vieille râleuse grognon et poussiéreuse de la BCD ou du SCD ? Je ne parle même pas des BU (enfin, pas de la mienne, c’est un contre exemple :-))
    Quand un gouvernement cherche où tailler pour faire des économies, il va, bien naturellement, pas fou, taper sur les secteurs manquant de cohésion, de visibilité, de popularité. Est-il encore temps de réagir … ?

  5. tacheau on

    @Caroline:je ne suis pas sûr que l’équation soit si directe. Regarde, on n’hésite pas à toucher des secteurs à forte popularité comme la Poste. Les économies et la rationalisation, je suis pas contre, le problème c’est:

    1) L’incapacité de l’Etat stratège à se projeter sur un temps long et anticiper un minimum

    2) La propension à créer plus de pb qu’à n’en résoudre. Dans le cas précis, il s’agit de donner la possibilité aux établissements autonomes d’occuper des E-C dont ils auraient moins voire plus du tout besoin (changement de stratégie, baisse des effectifs, suppression de filières…). En recaser une minorité dans les BU ne résoudra in fine pas le problème mais menacera à terme l’équilibre du système documentaire (je peux développer dans un autre billet : pourquoi les E-C sont incapables de gérer la doc pour les autres…)

    3)L’incapacité à associer les acteurs professionnels ou sociaux aux réformes. Par exemple, faire ici tout le contraire de ce que préconise les rapports des inspecteurs généraux… et accessoirement demander l’avis des futurs intéressés (les E-C pas les bibs 😉 )

    @oecoursuit: Aïe, je suis repéré par mon futur boss… on pourra encore avoir un blog pour se plaindre patron ?

  6. marlène on

    Oui, développe donc sur les EC et la gestion documentaire…
    Juste en passant : ce sont finalement les BAS qui vont rester la seule caution documentaire professionnelle du système, non ?

  7. tacheau on

    @Marlene: tout juste sur les BAS… euh, pour les EC, tu me laisses une minute ?

  8. Caroline on

    D’accord.
    Ton 1) et ton 2) se confondent à mes yeux : si l’État était stratège, primo ça se saurait 😉 et secundo, il n’aurait pas des EC dont il ne saurait que faire, puisque précisément, dans le cadre d’une vraie stratégie de développement pensée dans le long terme, il soutiendrait la recherche de manière intelligente, et pourrait éventuellement orienter les effectifs. Ce qui n’est évidemment pas le cas aujourd’hui, il n’est que de voir le statut et les difficultés de EC pour en être convaincu, et les répercussions de ces lacunes sur le secteur économique, mais ceci est une autre histoire.
    Quant à imaginer des EC s’occuper de la doc pour d’autres qu’eux, ça, c’est juste … drôle.

  9. antmeyl on

    @marlène : tout à fait, les BAS seront plus que jamais la « cheville ouvrière » de la filière bibliothèque et à bas coût encore : le rapport de l’IGB sur la rénovation du concours de BAS paru en juin dernier indique assez clairement qu’ils devraient continuer à être recrutés officiellement à bac+2 (niveau obsolète compte tenu du LMD) et donc en catégorie B alors que dans l’avenir, la plupart des candidats seront titulaires d’une licence pro (logique dans le cadre du LMD), qualification pour un recrutement en catégorie A.

    On aura des BAS bénéficiant d’une qualification de catégorie A, formés à leurs frais (pas de formation post-recrutement comme pour les AB, les Bib ou les Cons) mais rémunérés en B…

    Alors que dans le même temps, le rapport Schwartz préconise pour la filière ITRF l’intégration des Assistants ingénieurs, recrutés à bac+2, dans le corps des ingénieurs d’étude (équivalent Bib, en un peu mieux payés)…

  10. […] subsidiaire : à qui seront confiés ces nouveaux pouvoirs ? Un début de réponse ici suite à […]

  11. elie on

    @tacheau : oui of course « L’incapacité à associer les acteurs professionnels ou sociaux aux réformes. Par exemple, faire ici tout le contraire de ce que préconise les rapports des inspecteurs généraux »

    Mais bon, les conservateurs peuvent continuer à être VRP pour les anti-vols,etc…

    Excusez-moi, je suis préssé, ma fiancée m’attend, on doit s’envoler pour une escapade au Mexique (pas d’inquiétude, c le président mexicain qui banque !)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :