Les chaussures du cordonnier

chaussures-rougesAu départ j’ai râlé (comme toujours). Encore une enquête d’un élève de l’enssib un peu mal fichue ou seulement composée de 4 ou 5 questions ouvertes qui demandent des heures pour une réponse un peu construite et argumentée. Allez hop, corbeille… quoi ?!? 23 pages en plus, non mais ces p’tits bleus savent-ils ce que c’est que de se cogner tout cela en plus du boulot quotidien ?

J’ai quand même ouvert et rempli le premier, puis le second écran, puis le troisième, puis toute l’enquête… pour constater que tout cela tenait vraiment la route et répondait à des questions récurrentes dans mon quotidien, notamment sur l’adéquation entre le bibliothécaire et ses usagers ou tout simplement avec le monde tel qu’il va. En fait, je rêvais sans doute secrètement de faire ce genre d’enquête depuis des années ou au moins d’en connaître les résultats (à défaut des postulats de départ…).

Si vous travaillez en BU (sous-représentées dans l’échantillon ayant déjà répondu), je vous conseille de jeter un oeil sur cette enquête, d’y répondre et de la faire circuler auprès de vos collègues.

Le conservateur stagiaire en charge de ce projet est David-Jonathan Benrubi. N’hésitez pas à le contacter

Photo : d’après un visuel récupéré sur un site de vente en ligne

4 comments so far

  1. Rincevent on

    Ah, mais ils en avaient fait la promo sur biblio-fr il y a quelques temps, il me semble. En effet, j’avais trouvé l’idée assez sympa et les questions intéressantes. Je me demande quelles résultats ils vont en tirer.

  2. tacheau on

    @Rincevent:ce qui prouve que les bibliothécaires en BU ne lisent pas (assez) biblio-fr…😉

  3. dj.benrubi on

    Bonjour,

    Merci, Olivier Tacheau, d’avoir fait une si sympathique promotion au questionnaire !

    Malheureusement, comme le rappelle Rincevent, le questionnaire est déjà en ligne depuis quelques mois, et les échéances fixées par l’enssib approchant, je vais bientôt devoir le fermer, pour passer au traitement de l’échantillon final (j’ai pour l’instant travaillé sur l’échantillon tel qu’il existait en septembre, soit N=1400).

    Je voudrais préciser un point en réponse à votre observation (dont je me réjouis vivement !) que le questionnaire « répondait à des questions récurrentes dans mon quotidien, notamment sur l’adéquation entre le bibliothécaire et ses usagers ou tout simplement avec le monde tel qu’il va ». Ce questionnement, tel que vous le définissez en ces termes, excède (de peu, sans doute) les limites du mien, ou, pour être plus précis, de mon objet d’étude.

    Il est probable que vous serez d’accord avec ce qui suit, voire que vous l’aurez tenu pour évident.

    (Sans aller trop loin dans les détails, alors que mon mémoire n’est pas rédigé, et sans trop formaliser le propos)
    La question de l’adéquation des bibliothécaires à leurs usagers me semble pouvoir être inscrite dans un billard à trois bandes: la pratique professionnelle (qui est, à un degré ou un autre, perçue par l’usager), la pratique personnelle du bibliothécaire (qui peut PLUS OU MOINS informer la pratique professionnelle) et, faisant plus ou moins écran entre les deux précédentes, la culture professionnelle (à l’animation de laquelle, d’ailleurs, les biblioblogs participent activement).
    Or le questionnaire en ligne ne vise à recueillir des données que sur le seul aspect de la pratique personnelle (à l’exception d’une question, importante à mes yeux, portant sur la perception que le professionnel a ou non d’éventuelles interactions entre son métier et sa pratique).

    Mesurer l’adéquation nécessiterait un protocole de recherche peut-être plus ambitieux, et surtout d’une autre nature (observation systématique, entretiens approfondis, comparaison entre deux bibliothèques dont les personnels se distingueraient clairement par leurs pratiques culturelles…).

    Mon mémoire a avant tout une visée descriptive. Ce qui n’interdit évidemment pas la comparaison, par exemple pour situer les bibliothécaires dans la population française (40% des répondants déclarent regarder la télévision tous les jours ou presque, contre 88% des Français selon l’enquête INSEE 2003 « Participation culturelle et sportive).

    Bref, c’est « adéquation » qui m’a un peu gêné.

    Je suis disponible pour discuter de ce thème avec toute personne qui le souhaiterait (mon mail est dans le post d’Olivier Tacheau).

    Merci encore à l’auteur du blog pour son aide et son intérêt.
    Bien cordialement,

  4. tacheau on

    @dj.benrubi : tout à fait d’accord avec vous, le terme adéquation est impropre. Je me contenterai de l’approche descriptive et comparative, qui est déjà très réjouissante par avance, même si le risque d’enfoncer des portes ouvertes est réel… peut-être pourrons-nous avoir une segmentation générationnelle et/ou sectorielle de notre milieu ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :