Dépôt de bilan ?

prozacAprès un an d’activité commencé avec ça, 36 554 visites, 146 billets, 393 commentaires, beaucoup d’échanges virtuels et de belles rencontres dans le monde réel, grâce à ce blog, l’inéluctable question du faut-il continuer ? se pose. Sentiment que les choses n’avancent pas et que les « impliqués » le sont toujours plus sans réussir à entraîner les sceptiques.

Alors oui, vraie satisfaction des réalisations locales (Galerie 5, Libqual+, ubib.fr, campagne anti-bruit,…) et de l’implication remarquable de tous les collègues de la BU d’Angers pour faire bouger les lignes. Mais aussi frustration à l’échelle régionale et nationale devant la frilosité, les pesanteurs et l’incapacité à créer, innover et réinventer l’objet bibliothèque. Inquiétude également sur notre faculté à nous enliser dans des projets technocratiques, seul modèle que nous semblons être capables de reproduire, bien loin de nos usagers et à passer notre temps à nous plaindre du manque de moyens et de considération.

S’il fallait choisir une phrase pour clore ce blog, je choisirais celle que m’a rapportée Nadine d’une récente journée d’étude : Arrêtons d’avoir peur de ce que nous ne faisons pas !

30 comments so far

  1. dbourrion on

    Aïe, le blues du muguet… Alors mon conseil : arrête de te demander si tu dois continuer (ce blog) et continue😉

  2. F Bon on

    franchement Olivier je n’en connais pas d’entre nous qui ne soient pas victimes de ce genre de nuage au moins une fois par mois surmontable et une fois par trimestre plus lourdement récupérable

    considérer ce qui se passe à macro-échelle, de 2 ans en 2 ans ? – réviser sans cesse nos outils (par exemple, depuis TW on s’occupe moins de nos Netvibes, peut-être c’est la forme blog qu’il faut repenser, travailler plus collectivement ?)

    j’en parle à l’aise, alors que moi aussi tellement impression de mur à désintérêt de tant d’auteurs avec qui j’ai débuté ou avec qui on a croisé les chemins si souvent, aux blocages éditions etc, et là, en plus, la décision d’aller respirer 1 an à Québec justement pour avoir un peu moins ces pesanteurs

    lâche tout ce que tu veux, ton petit dessin du dimanche etc – mais peut-être se bloquer un resto à Paname à 5/6 pour penser un outil qui intègre ces données récentes, y compris l’usure où ça nous met ?

    jamais rien eu de stable dans ce qu’on fabrique (pour moi depuis 10 ans) ici… ?

    allez, en frère

  3. Grégoire B. on

    + 1 pour Daniel !
    Quand on a un blog suivi, qui est commenté, c’est qu’il a un intérêt certain !
    En ce qui concerne la motivation du professionnel, si il y a bien un moteur, l’essence vient de personnes comme Daniel ou vous qui poussent, inventent, proposent des choses, agissent !

    Et ca, on aura beau dire, c’est pas l’inaction qui le fera.
    Continuez !

    Grégoire Bessagnet (Etudiant en Métiers du Livre a qui vous avez consacré un de vos articles).

    • tacheau on

      @Grégoire B.,F Bon, dbourrion : merci. Franchement ce blog tourne en rond. L’essentiel y a été dit et redit. Ressasser la même chose plus longtemps aurait-il un sens ? Peut-être évoluer vers un blog collaboratif (déjà évoqué avec Daniel) qui mettrait en valeur les initiatives des collègues en BU pour mise en relation et projets partagés (plus utile et visible que le pauvre site de l’abdu…). Pour cela, contacter les directeurs et convaincre qu’ils peuvent doivent libérer les énergies sous leur toit… pfou, fatigué d’avance !

      • dbourrion on

        sur le blog collaboratif, d’un seul coup, une idée affreuse : s’ils avaient envie, les collègues, de faire un blog, de mettre en valeur les initiatives (si elles existent… je plaisante), ils auraient déjà monté leur propre blog, non ???…. Aaahhh tu vas me refiler ton blues ;-(

      • tacheau on

        @dbourrion: Ben non, c’est quand même très compliqué à faire un blog. S’ils savaient que c’est encore plus difficile de l’arrêter que de le commencer…

      • dbourrion on

        Voilà l’explication : les collègues ne commencent pas de blog pour ne pas avoir à l’arrêter… Si ça c’est pas voir loin, avoir une vision du futur…

  4. Nan, mais c’est pas vrai, tu t’es fait mordre par Dbourrion ?
    Face au sentiment de lassitude générale, baissez-les bras serait la pire des choses. Allez courage !

    • tacheau on

      @dlh : il est encore temps pour ne pas finir comme Daniel😉 C’est la crise de la trente-huitaine… gageons qu’elle ne dure pas jusqu’à 40 ans !

  5. dbourrion on

    T’inquiètes, la crise de la 40aine termine vite, dès que commence celle de la 50aine😉

  6. Grégoire. on

    Je ne vais pas vous faire le coup de la crise de la vingtaine, ca serait déplacé, au vu la situation qui fait de vous tous par rapport à la mienne, des ainés expérimentés.

    Simplement pour vous soutenir à continuer votre travail et bien sur votre blog.

    Me concernant, à déjà 20 ans, je remets en cause mes études et cette envie de faire ce métier, qui selon moi aurait été motivée plus encore par des enseignants compréhensifs, respectueux, compétents et passionés par leur travail.

    Vous, comme Mr Bourrion représentez la vision que j’aime et qui mérite à être signalée, mise en exergue, du métier de médiathécaire, qui plus en bibliothèque universitaire.

    vous avez écrit, travaillé, abouti à des projets qui sont j’en suis sur remarquables.

    alors bien sùr la tenue d’un blog peut s’avérer fastidieuse, et j’en sais quelque chose ! Une vingtaine de blogs créés et autant d’orphelins dans la besoin d’articles. L’idée d’un travail collaboratif, de rencontres autour de professionnels ayant cette envie me parait primordiale pour entretenir, et faire grossir cette flamme qui vous anime dans la vision commune d’un avenir à ce métier.

    Pourquoi ne pas tenir un « journal » ensemble de vos réflexions ? Je ne doute pas de la productivité et de la qualité qui seront au rendez vous ! De plus, un travail avec échange comme celui là est motivant, l’essentiel étant l’émulation entre personnes motivées par un projet, des idées communs.

  7. F Bon on

    quand même des questions de fond en ce moment sur ce qui s’élabore hors blogs, notamment via TW – c’est le statut même du blog dans le rapport des ressources fixes à la façon dont on échange et interagit – et c’est pas de rajouter un portail ou une plate-forme collective qui changera – je le mesure aussi sur site comme TL – suis sûr qu’on devrait se coller avec affordance et quelques autres à réflexion un peu théorique là-dessus

    • tacheau on

      @F Bon : pour l’instant, coup de mou. Charge de travail, projets en rade, course en avant pour tout faire, abandon des êtres chers… D’accord sur les blogs qui ont tendance à s’ossifier au bout d’un moment mais toujours un outil ouvert (80% output, 20% input). TW demeure en vase clos et trop entropique selon moi en dehors de cet usage de micro-communauté. L’enjeu est d’élargir la « communauté d’intention » pour faire basculer vers une « communauté d’action ».

  8. B&c on

    Profitez de votre popularité bloguesque pour tenter un putsch dans les asso de bibliothécaires. En plus, pas de jaloux : l’ADBU pour Olivier et l’ABF pour Daniel !

    • tacheau on

      @B&C: les assos… quelle horreur ! A part reproduire des schémas verticaux d’organisation et de fonctionnement étatique, soit : (re)donner du (pseudo) pouvoir à ceux qui n’en ont pas assez ou en veulent plus : Psdt, vice-psdt, SG, responsable commission machin, coordonateur sous-commission bidule… au secours, et je parle pas du contrôle de la parole, du consensus mou, des pesanteurs et des frilosités multiples.

  9. bibliobsession on

    Personnellement, je me pose la question aussi, non pas d’arrêter mon blog, mais de me demander quelle est la meilleure manière de « transformer l’essai ». J’ai fait des choix professionnels en ce sens pour les prochains mois, bon on verra bien. Un seul impératif : éviter d’être désabusé et aigre, comme si souvent.

    • tacheau on

      @bibliobsession: en soi, continuer mon blog ne me pose(rait) pas de problème. Je me pose juste la question de l’étape suivante en me demandant où mettre le poids et l’énergie pour éviter de tourner en rond (ou à vide) et interagir avec une communauté d’intérêt de plus en plus grand(e). La vraie question aujourd’hui est : comment faire sauter les verrous dans les établissements pour éviter le découragement et le désabusement des collègues qui souhaitent agir. Et poursuivre dans le veine du « trop peu font de mieux en mieux » est à terme contre-productif pour ceux qui n’arrivent pas à faire. Autrement, je suis un optimiste indécrottable… donc, point d’aigreur ni d’amertume !

  10. bibliobsession on

    @tacheau : ah ben nous voilà un point commun = optimisme indécrottable.

  11. F Bon on

    on commence à y voir plus clair – les questions « communauté d’action » et non « d’intention », la question sur les réseaux sociaux « entropiques »

    seule certitude, y compris sur la frontière public/privé, questions nous traversent tous à égalité, et besoin de ta réflexion sur concepts de fond

  12. cbulte on

    Par pitié, Olivier ne renonce pas à faire entendre ta voix (im)pertinente dans le trop sage ronron du petit monde des bibliothèques (après peu importe le moyen : blog, twitter ou facebook, on se moque du flacon).

    Tu as l’impression que rien ne bouge mais à notre petit niveau à Bruxelles, les messages que tu as rédigés sur ton blog nous ont permis tout au long de cette année de faire infuser tout un tas d’idées. Petit à petit, même les plus rétifs aux changements se sont sentis concernés par des problématiques qui ne les intéressaient pas du tout avant. Le temps est souvent lent entre l’infusion et les résultats visibles, mais le processus existe et est bien là. En trois mois, nous avons enfin pu mettre notre blog en ligne, passer à Twitter, commencer un vrai processus sur les livrels et réfléchir sur les modes de fonctionnement des bibliothèques… Je suis sûr que dans des tas d’autres établissements, tes billets ont inspiré des tas de gens qui se sentaient un peu isolés.

    Nous nous servons des messages de Bibliosession, Affordance, Aldus, Figoblog, de Tout sur rien, Marlène… pour faire passer des messages, inspirer et sensibiliser nos collègues mais ton blog a un rôle particulier, déjà tout simplement par ta position de directeur de BU. Il prouve à nos dirigeants que les changements sont possibles et que toute une série de questions ne sont pas le délires de la bande de geeks habituelle mais des problématiques sur lesquelles vont se jouer l’avenir de notre métier, l’épanouissement professionnel de bibliothécaires et la qualité de service que nous pouvons offrir à nos usagers.

    Alors, fais une petite pause décompression (146 billets en un an, au fou ! ^_^), invente un nouveau média collaboratif (c’est ouvert aux belges ;-)?) ou tout autre moyen de com et de persuasion mais dis toi que tu as raison d’être optimiste car tu fais déjà sauter des verrous, tu évites le découragement des confrères qui veulent agir et tu leur donnes la force de pousser leur collègues vers un mieux collectif.

    • tacheau on

      @cbulte : Je ne pensais pas déclencher un Nombrilthon avec ce dépôt de bilan. Note qu’il y a un ? qui traduit l’espoir… C’est juste que je m’interroge sur le fait d’être la plupart du temps pris par les autres directeurs au mieux pour un geek, à peine dérangeant, au pire pour un parfait mégalo-dingo qui casse les beaux joujoux ronronnant dont tu parles. Je me demande donc comment mieux porter ces propositions. Ne faudrait-il pas d’autres pairs directeurs, encore invisibles à ce jour, qui partagent et publicisent ces points de vue iconoclastes pour désamorcer la dimension individuelle et forcément égo-narcissique du blog individuel ? Ne faut-il pas aussi aller plus en profondeur dans l’analyse des enjeux et l’accompagnement des blocages pour sortir parfois du café du commerce ? Comment réunir aussi les acteurs autour de projets concrets et pas seulement développer de l’originalité ou de l’excellence dans son coin ? Tu le dis très justement, ce blog s’adresse indirectement aux directeurs et décideurs. A moi de voir comment les toucher plus ou différemment. En tout cas, merci pour ton texte.

  13. Grégoire on

    Cbulte a tout bien résumé.
    Une pause, et ca repart.
    Pourquoi ne pas utiliser :

    1. Un twitter pour proposer des idées
    2. Un Soup.io ou un Tumblr pour les développer
    3. Un blog pour présenter le résultat de ton travail.

    Je suis prêt à participer à ta réflexion même si je vais dans un futur proche prendre congé du milieu des médiathèques. Je serais quand meme honoré de pouvoir participer à cette réflexion.

  14. Chaps on

    restez, pensez aux bibliothécaires un peu isolé au milieu du système ronronnant (grognant?).

    Mine de rien, pouvoir dire que certains des projets qu’on souhaite lancer existent ailleurs en le prouvant par les billets de leur blog aide beaucoup (prêt de portable par exemple, libqual aussi, on sait maitenant que ça existe -hum honte sur moi- et que c’est bien, j’ai sensibilisé la direction et on y passera même si ce n’est pas cette année… j’ai ARC à dompter d’abord)

  15. Stéphanie on

    La proposition de travail collaboratif entre collègues de différentes BU est vraiment intéressante. Certes, certaines collaborations existent déjà, mais bien souvent il ne s’agit que de groupes de « réflexion » (réflexion rarement suivie de réalisation) ; et puis il faut dire également que la possibilité de participer n’est pas forcément ouverte à tout le monde (j’en ai fait l’expérience avec Couperin).

    Daniel, je pense que tu te méprends au sujet de la majorité silencieuse, dont je suis :
    – d’abord, ce n’est pas parce qu’on ne tient pas son propre blog qu’on n’a pas envie d’agir
    – ensuite, tout le monde ne se lève pas à 4h du matin ; j’ai l’impression que mes journées sont bien plus courtes que les tiennes (je dors beaucoup, désolée) ! (tout le monde n’a pas non plus la même aisance rédactionnelle ; et oui, certains doivent réfléchir plus longtemps que d’autres pour pondre un texte correct)
    – enfin, une personne isolée n’a pas forcément la matière pour alimenter régulièrement un blog.
    Et puis on peut aussi être timide.

    Voici comment je vois ma propre situation :
    – je n’imagine pas m’exposer autant que vous le faites, je ne serais pas du tout à l’aise dans ce rôle
    – le dynamisme de mon SCD n’est pas exactement comparable à celui des BU d’Angers, donc aucune nécessité de communiquer sur d’éventuelles innovations majeures …
    – dans ces conditions, les collègues qui souhaiteraient avancer, dont je suis, sont souvent trop isolés pour agir (vous comprendrez qu’on n’a pas forcément toutes les compétences nécessaires à l’élaboration/réalisation d’un projet à soi seul)
    – mais l’idée de développer le travail collaboratif inter-BU me donne espoir ! Car après tout si l’entourage proche ne déborde pas de dynamisme, pourquoi ne pas se mettre en relation directe avec « l’extérieur », et AGIR ? Cela permettrait peut-être de surmonter les pesanteurs locales, et même -qui sait- d’empêcher le sentiment de profonde frustration de s’installer …

    • tacheau on

      @Stéphanie : Dis-toi bien que la tenue d’un blog n’est facile pour personne, y compris pour les directeurs qui doivent mesurer ce qu’ils disent vis à vis de leur sphère proche (leur personnel notamment qui lit tout cela quotidiennement, tant mieux… ce qui permet aussi de faire passer des messages) et de leurs homologues avec lesquels il convient parfois de travailler (pouf ! pouf !). Mais sur timidité, la modestie et l’anonymat, je ne suis pas d’accord. Notre milieu crève de la chape de plomb qui l’étouffe depuis des décennies et de cette servitude volontaire à tous les niveaux… et puis inversons le problème : tu es volontaire, tu es compétente, tu as des idées donc, tu es en position de force pour dire ce que tu penses, ce que tu souhaites, ce que tu fais. Si ton établissement vois cela d’un mauvais oeil, d’autres seront prêts à t’accueillir. Il est temps que chacun prenne ses responsabilités : les agents de déplier leurs compétences et les directeurs de les accepter… et les valoriser. Moi je suis très fier de travailler avec Daniel ou Nicolas. Leurs compétences, plus grandes que la mienne sur bien des points ne me fait ni peur ni ombre et le fait qu’ils s’expriment dans leur blog m’honore plus que l’inverse. Bon courage.

      Autrement, je viens de découvrir que Daniel ne se mettait au boulot qu’à 4h00 du matin… quelle honte !😉

      • dbourrion on

        Nicolas, là : « Moi je suis très fier de travailler avec Daniel ou Nicolas » franchement, ça se voit que tu as hacké le site d’Olivier et que tu réponds à sa place… C’est pas crédible une seconde…😉

      • tacheau on

        Ouais, j’y suis allé un peu fort… mais c’est vrai que la promesse d’un Kindle DX pour Noël offert par Nicolas avec sa prime de n…………. bon allez, je rectifie : « c’est vraiment dur de travailler toute la journée avec deux boulets à qui il faut tout expliquer question web 2.0 et qualité de service !😦

  16. Maud (pseudo) on

    Noooon, surtout pas! N’abandonnez pas ce blog! Nous avons besoin, la profession a besoin de personnes comme vous! (et de vos blogs pour en diffuser les idées). Vous êtes le poumon, le bol d’air frais, le ballon d’oxygène des bibliothèques! Vous êtes des pionniers, et vos idées ferons des petits. Et si vous passez pour des « geeks », comme vous dites, auprès de certains de vos pairs, laissez-moi vous dire que ce n’est pas auprès de tout le monde. Déjà, des responsables de projets (j’en suis) se fondent sur les exemples de vos réalisations pour faire passer les leurs à leurs équipes. Faut qu’on avance! Encore merci pour votre courage incônoclaste et réformateur.

  17. […] (Extrait de ce billet d’Olivier Tacheau) […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :