Hyperlivre : le non-sens des choses…

hyperlivreJe préviens tout de suite, il va être difficile de rédiger ce billet sans recourir à quelques qualificatifs précis comme « prétentieux », « boursouflé », « archaïque », « consternant », « pathétique » et « à la limite de l’arnaque »… pour décrire le dernier hyper-projet de Jacques Attali, il faut dire bien aidé dans cette hyper-entreprise par les Editions Laffont et l’opérateur de téléphonie Orange !

De quoi s’agit-il ? D’un livre papier que vous achetez 21 € en librairie (ou sur internet si vous avez peur d’attraper la grippe A…) avec des vraies pages à tourner. Sur certaines de ces pages, il y a un flashcode, c’est à dire une sorte de code à barres que vous devez photographier avec votre téléphone portable et envoyer sur un hyperportail (on ne rit pas) qui vous donne des contenus enrichis en relation avec ce que vous êtes en train de lire. Vous suivez ? Ah oui, j’oubliais, il ne faut pas avoir un téléphone trop vieux ni trop récent puisque l’application nécessaire pour gérer les transferts n’est compatible qu’avec un quart des portables actuellement sur le marché. Bon, autrement vous pouvez envoyer un SMS en tapant LSDC et le numéro de la page ou bien… juste vous rendre compte ici de « la galaxie audiovisuelle » et de l’« univers entier » selon les termes de Jacques Attali auxquels vous accéder.

Le bilan est vraiment cruel. Sur 83 malheureux contenus proposés :

– 35 sont des tableaux, graphiques ou images fixes qui auraient pu sans problème être intégrés dans le texte
– 12 sont des interviews souvent très courtes (la plus surréaliste étant celle de Rocard) ou trop longues et sans intérêt de personnalités qui répondent au « questionnaire Attali »
– 25 sont juste un lien vers un forum de discussion pour vous faire réagir ou participer à un sondage
– le reste est du document sonore ou visuel à très faible valeur ajoutée souvent sous forme d’extrait (ben oui, faudrait pas non plus avoir à payer des droits) qu’on trouve généralement sur Youtube (sketch de Coluche, extrait de journal de France 3, passage musical au son pourri,…)

Que dire de plus sur ce projet qui fait hyper-pshiiiit ? Voir aussi et surtout derrière tout cela, la conception funeste et indigente de ceux qui maîtrisent les tuyaux et souhaitent maîtriser les contenus et la position à la fois frileuse et à l’égo hypertrophié des éditeurs traditionnels qui s’accrochent à leurs derniers privilèges en écopant à la petite cuillère et en pagayant sur leur barque alors qu’il leur suffirait juste d’y mettre un moteur numérique.

Ah oui ! J’oubliais pour terminer, il ne faut pas manquer la réponse filmée de Jacques Attali à son propre questionnaire… si,si. A la question : « Si nous entrions dans une période de rareté énergétique imposant une grande frugalité, de quoi seriez vous prêt à vous priver ? » Réponse : « de mobile ». De mobile ? Plus de mobile ! Plus d’hyperlivre ! CQFD !

Publicités

3 comments so far

  1. Caroline on

    « Maîtriser à la fois les tuyaux et les contenus » « Conception indigente » … on dirait un article sur Hadopi, c’est dingue 🙂

    Qui disait l’autre jour qu’en matière de nouveaux modes de lecture/consommation culturelle/accessibilité/rapport et traitement du support il y avait décidément tout à inventer ?
    (Ah ben c’était moi. Ok, je suis très loin d’être la seule http://www.openfing.org/wikicinum/index.php/Media_Cultures).

    Ton billet et cette expérience désolante poussent juste à se dire qu’il va même falloir se presser, si on ne veut pas que ce soient précisément ceux-là même que nous dénonçons aujourd’hui qui proposent, une fois encore, leur modèle dépassé et sclérosé, mais qui dispose de toute la puissance des outils marketings et des mass media.
    Car ces derniers, s’ils sont dépassés, ne veulent pas mourir, et le font savoir.

    • tacheau on

      Oui, tu as totalement raison. D’ailleurs cette manière de faire durer et de traîner les pieds n’est rien d’autre qu’une façon de continuer à proposer du réchauffé, du déjà vu et surtout des trucs qui ne coûtent rien, ou tout du moins seulement en marketing, et qui rapportent un max. Dans le cas de l’hyperbook, c’est flagrant. Zéro valeur ajoutée sur les contenus proposés en ligne et un max de thune avec les sms…

      • Caroline on

        Je viens de tomber sur un article de promo de l’hypertruc dans l’Express de … je sais pas quand (oui, le samedi, c’est classement vertical, desfois :-).
        Heureusement que j’avais lu ton billet avant, parce que la promo rendait la chose presque tentante.
        Ce qui ne fait qu’ajouter à nos propos précédents.
        La guerre qu’ils mènent est une guerre d’occupation de l’espace. Et ils sont en train de la gagner.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :