Archive for the ‘campus’ Tag

Osons !

harvardJe l’avoue, je suis addict à PR TV… et encore, je n’ai pas la TNT sinon je passerais des heures devant La Chaîne Parlementaire ou Public Sénat. Lors de mes visionnages, je suis récemment tombé sur un passage de cette allocution présentant nos universités comme victimes et… coupables de leur propre situation :

Nous avons dégagé beaucoup d’argent pour l’opération campus universitaires pour que les universités de France ne soient pas les seules universités du monde où on n’a pas envie de rester… y’a pas de raison que des campus ouverts, agréables, avec des parcs, des jardins, des installations sportives, oserai-je le dire… des bibliothèques ouvertes le dimanche… c’est pas interdit.

Ben oui tiens, pourquoi on ferait pas ça en France ?  Les jolis campus à l’américaine avec leurs salles de sport climatisées, leurs piscines olympiques, leurs théâtres, leurs musées, leurs cafétérias spacieuses où l’on peut discuter des heures, leurs salles de cinéma et… leurs fameuses bibliothèques ouvertes 24h/24 !

Pourquoi n’avons nous pas fait ça en France ? Qui n’a pas fait ça d’ailleurs ? Qui a privilégié les filières d’excellence surdotées tout en demandant à ce que 50% d’une classe d’âge se retrouve en position de rentrer dans l’enseignement supérieur ? Qui n’a pas dégagé les moyens nécessaires à mettre en face des efforts financiers des collectivités locales ? Qui réglemente et limite les droits nationaux pour éviter tout mouvement étudiant ? Qui n’investit pas dans le logement étudiant très peu rentable pour les investisseurs privés afin de créer de la vie sur les campus ? Qui privilégie les mesures fiscales pour l’innovation privée plutôt que d’injecter de l’argent dans la recherche publique ? Les universités, et par raccourci les universitaires eux-mêmes, ou les pouvoirs publics ?

Si l’on veut poursuivre la comparaison franco-américaine, les 3,7 milliards du plan campus représentent tout juste la moitié du budget annuel de l’université publique d’Austin au Texas et les 1,8 milliards de dotation de fonctionnement (hors salaires) pour toutes les universités françaises représentent à peu près le budget annuel de la seule université d’Harvard… ces comparaisons ont-elles un sens ? Pas plus que de dire qu’il faudrait en France des campus à l’américaine.  Car l’étudiant américain qui paye en moyenne 6000 € de frais de scolarité, soit entre 30 et 40 fois plus que l’étudiant français, dort, mange, travaille, étudie, fait du sport, se cultive et vit sur son campus pour « rentabiliser » son inscription (payée par son entreprise ou son banquier) comme dans un club de gym… et les universités de rivaliser en équipements, services et « notabilité » à payer au prix fort pour sélectionner le client, pour les plus prestigieuses, ou pour attirer le chaland pour les moins reluisantes !

Des campus à l’américaine, nous n’en avons ni les moyens, ni la culture et sans doute ni l’intérêt, chacun cherchant et trouvant ailleurs sa nourriture « existentielle », dans une société ouverte qui n’enfermerait pas chaque communauté dans un horizon clos et auto-suffisant.

Publicités